Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Khelkom

29 Mars 2010, 01:43am

Publié par Milon

Je rentre d'une mission de terrain de quelques jours au cours de laquelle j'ai pu découvrir une région bien étrange, Khelkom. J'y ai accompagné Wim, un scientifique hollandais travaillant pour le ministère de l'agriculture sénégalais. Il était accompagné de sa vaillante équipe sénégalaise. Khelkom est connu des ornithologues comme étant un site d'intérêt mondial pour l'hivernage des busards cendrés. C'est également un site où l'absurdité politico-religieuse sénégalaise atteint son paroxysme à en devenir (presque) comique.

Khelcom ressemble à une grande zone de belles prairies, ponctuée de quelques baobabs et autres arbres. On y voit paître tranquillement le bétail sous l'œil des bergers peuls. Le mélange des couleurs est irréel dans ces immensités, entre le jaune des herbes et le gris du ciel chargé de poussières. 

troupeau


bergers 

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Khelcom était une grande forêt classée, sans prairies, avec peu de troupeaux. En 1991, le gouvernement a offert 40 000 hectares de cette zone au marabout Serigne Saliou Mbacké, Khalife général de la confrérie des Mourides, afin qu'il y développe la culture de l'arachide. 5 millions d'arbres ont été abattus sur 55 000 hectares classés pour laisser place à des cacahuètes ! Au passage les mathématiciens auront noté que le marabout s'est offert un bonus de 15 000 hectares…

On ne trouve presque pas de villages dans la région, mais des dara. Ce sont des écoles coraniques à l'architecture rappelant les camps de concentration, et portant tous des numéros. Les talibés y sont rassemblés. Ce sont de jeunes garçons que leurs parents sans le sou offrent aux marabouts, afin qu'ils reçoivent une éducation coranique. En réalité ils ne sont ni plus ni moins que des esclaves à qui on apprend le coran.

Me voilà en compagnie de talibés devant un jeune vautour de Rüppell. Il a réussi à se prendre la seule ligne électrique de la région…
 

talibes

La déforestation a permis l'apparition de ces vastes plaines qui accueillent les busards cendrés qui y trouvent gîte et couvert. La nourriture abonde sous forme de criquets monstrueux, les Ornitacris cravoisi

ornitacris-cravoisi


Une des seules façons d'observer les busards est de les attendre autour des rares points d'eau.

Mâle de premier hiver

BC1 

BC2

La proportion d'oiseaux mélaniques est importante.

BC3


Dans le lot nous avons pu observer quelques oiseaux marqués originaires de France et d'Allemagne.

BC4

Les busards passent la nuit dans plusieurs dortoirs, les trois principaux regroupant plus de 6000 oiseaux. Durant la journée peu d'oiseaux sont visibles, mais à l'approche de la nuit leur nombre croît. Ils vont constituer des prédortoirs avant de partir à la tombée de la nuit tourner au-dessus du dortoir.

Prédortoir

predortoir

Vol nocturne au-dessus du dortoir. Il est 19h30, il fait 39°…
 

dortoir-cendre2


Une fois la journée terminée, mieux vaut éviter de planter sa tente n'importe où et de se faire trop remarquer. Les pistes sableuses si tranquilles la journée peuvent se transformer la nuit en de véritables autoroutes où circulent des convois armés de trafiquants. Tous les secteurs d'activité sont représentés : denrées alimentaires, drogues dures, armes et diamants. Les douaniers font aussi partie du spectacle. Pendant la journée on peut trouver sur les pistes des sacs de balles perdus ou des pointes que les douaniers placent pour crever les pneus des véhicules des trafiquants. Ou l'inverse peut-être, on ne sait plus trop.

Une menace importante pèse sur ces plaines, les feux de brousse. Dans quelques semaines vont arriver les troupeaux de bétail des peuls, et 200 000 têtes de bétail vont sillonner les plaines pour pâturer. Face à cette invasion barbare les locaux ont trouvé une solution radicale. Ils font tout brûler. Les talibés provoquent des feux de brousse et espèrent ainsi empêcher le bétail de pâturer autour de leur dara. Cette année 20 000 des 55 000 hectares ont brûlé par l'action des élèves des marabouts.

Cerise sur le gâteau, le gouvernement a décerné en décembre un prix aux marabouts, accrochez-vous…, pour leur excellente gestion des feux de brousse. La meilleure du Sénégal paraît-il ! Les résultats du copinage entre le gouvernement et les marabouts sont bien souvent attristants.

Khelkom côté pile

khelkom2

Khelkom côté face

khelkom1
 

Quelques images des oiseaux fréquentant les abreuvoirs : hérons gardeboeufs, bergeronnette printanière de la sous-espèce
flavissima, faucon crécerelle, tourterelle masquée, aigle martial et gangas à ventre brun.

 

gardeboeufs

printa2

crecerelle1
tourterelle-maillee


aigle martial

ganga a ventre brun

Le réseau de transports en commun est surchargé dans la région, j'ai préféré prendre les bonnes vieilles charrettes. Et ça rappelle des souvenirs !
 

taxi

stop

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Michèle Riquart 07/04/2010 20:20


Rebonjour au toubab naturaliste
Je n'avais pas regardé le blog depuis un moment (j'étais moi-même à fond sur le montage de mon film sur le Sénégal pour nos aînés). Les photos sont magnifiques mais je sens une grande amertume dans
les textes. On n'en est quand même pas au fanatisme religieux via les marabouts se servant des talibés j'espère ??
Visité Popenguine. Vrai que le côté plage près du village est bien détruit, mais je croyais ce village chrétien à fond et épargné par les querelles intestines et l'exploitation par les toubabs et
les libanais (mais c'est vrai que ceux là sont partout !).
Je vais suivre la suite avec grand intérêt et préférer m'arrêter sur la beauté des photos.
Bonne continuation
MRiquart


FOGAROLI J-Claude 30/03/2010 15:30


Hola Simon,
Je n'avais plus suivit ton périple Sénégalais depuis un bon Mois,j'apprécie toujours autant tes photos pour leurs qualités et tes commentaires toujours très justes.Quelle faune!!!pour la vie
locale,c'est comme partout ailleurs ...trafic ,corruption et la religion par dessus tout çà.Un monde qui avance...
Pourvu que tu nous envoie de belles photos de piafs...pour le reste on fait avec.
Si tu as 40°D ici on nous prévoit de la neige... si si pour le 1er Avril en région parisienne.
Salut SIMON
Jean-Claude


seb 30/03/2010 13:09


Hello le Toubab,

Pour le Rapaçologue que tu es, ça doit être le pied tous ces dortoirs de busards, faucons et élanions !
Tu découvres aussi l'envers de ces beaux décors naturels, la corruption, l'exploitation humaine... triste tableau, tristes fléaux... Il est en même temps difficile de juger ces différences
culturelles tant leur vie est différente de la notre, bref !
Sympas tes photos, ici, on attend les premières bergeronnettes flavéoles, on est prêt ! tu peux nous les envoyer quand tu veux...
T'es sur le bon chemin ! continue !
Good luck,
Seb


nicolas 29/03/2010 17:08


Waouh, que d'aventures et d'expériences palpitantes!
Je vois que tu as le temps de profiter, à tel point qu'on entend pas parler du stage en lui-même! Tu t'es pas fait attaqué par un autre naja depuis j'espère?
Continue de nous faire rêver et tâche d'apprendre plein de choses dans ces écoles coraniques!